La course à pied Les blogs courseapied.net : CafardNaum

Le blog de CafardNaum

Flux rss du blog, des réactions

Mes catégories

Mes derniers billets

Mes liens


Le forum courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-10-10 22:45:55 : Mon Paris-Versailles : un an de CAP / un an de plus - 3 photos - 23 réactions

Après trois 10Kms entre avril et juin et un petit découragement à ne plus voir de progression, j'avais décidé de me calmer un peu sur cette distance, ne faire aucune course avant ce Paris-Versailles et privilégier le travail en endurance. Depuis juin donc, C'est surtout des footings lents, avec de temps en temps quelques accélérations, et une fois par semaine une montée à St Cucufa, parcours au profil assez similaire à la côte des Gardes.
Parlant de cette course à un pote (que j'appellerais G-Rom dans la suite de ce billet), il se décide à la faire avec moi, mutualisant quelques uns de nos entrainements. Contrairement à moi, je crois qu'il court depuis toujours, à raison d'un footing par semaine d'une 12aine de Kms).

Aout, je me fais des séances du style 4km à 160 puls, puis 2km à 170, 2km à 180 et 2km à 190 (ou plus suivant la forme), et dès septembre, des séances longues pour se réhabituer à la durée. Quelques sorties de 15km en Auvergne, et jusqu'à 17-19km plus récemment avec G-Rom intégrant une reconnaissance de la côte des gardes, pour me rendre compte au final que mon objectif fixé un peu "à la louche" à 1h22 risque d'être un peu ambitieux.

Histoire de se rassurer peut-être, de mettre toutes les chances de mon côté et essayer de palier à une forme toute relative, la semaine avant la course sera très raisonnable. J'essaye de bien dormir (mon point faible), je me gave de sucres lents dès que je peux, je me repose physiquement avec uniquement 2 footings, le dernier étant le jeudi précédent la course, en intégrant 1km à 12km/h et 1km à 14,5km/h (le reste étant à 10 - 10,5km/h).

Vendredi soir, diner pâtes chez G-Rom, on parle pronostiques, tactique de course, en évoquant le fait de se relayer pour se motiver à tour de rôle mais chacun à sa vision de la course. Pour moi, la priorité sera de ne pas zapper les 2 premiers ravitos, quitte à faire l'impasse sur le dernier si je suis en forme. Du côté de l'allure, on vise du 12km/h, avec un ralentissement à 10km/h sur les 2kms de la côte des Gardes, en espérant pouvoir les rattraper sur la suite pour rester sur du 12km/h de moyenne. Mon unique référence sur du long étant le semi de Paris couru à 11,36km/h...

Samedi, retrait des dossards, et visionnage du parcours sponsorisé par Nissan. Ca permettra d'avoir une petit idée de l'inconnu : l'après Km 11.

Ce dimanche est un jour un peu particulier pour moi. D'une part, c'est mon anniversaire, et je trouve que faire une course ce jour à un certain charme. Mais en ce 30 septembre je boucle aussi ma première année de course à pied puisque j'ai fait mon premier footing calamiteux le 1er octobre 2006. Une sorte de bilan à un an que ce Paris-Versailles.
Sortie du métro, il ne fait pas chaud, et pas du tout envie de courir. Grosse perte de temps pour déposer nos sacs aux camions-navettes et il doit être 9h30 quand on prend place au départ.
10h, le départ est donné, et je suis surpris de voir que tout le monde part, sans les vagues de 400 coureurs comme prévu. Du coup on franchi la ligne de départ vers 10h06. On essaye d'abord de trouver le bon rythme, ce qui est assez difficile vue la densité de coureurs :
Km1 : 5'06 - on est a peu près bon
Km2 : 4'45 - on accélère trop pour reprendre le 6 secondes
Km3 : 5'15 - on perd du temps sous un tunnel
mais j'arrive au Km6 (en bas de la côte des Gardes) en 30'02, donc pile poil comme prévu, avec un rapide arrêt au ravito du Km5 pour boire un peu.
C'est justement au Km5 que j'ai perdu mon pote de vue. Il avait le secret espoir de faire moins de 1h20, donc je ne cherche pas à le rattraper et je reste concentré sur ma course, mon chrono, mes sensations, mon cardio.

La côte se passe plutôt bien. La foule me freine un peu, mais c'est une bonne chose puisque j'arrive en haut relativement frais, je relance tout de suite et je me rends compte que je double énormément de coureurs qui se remettent difficilement de la côte. Je connais le parcours maintenant, longue ligne droite de l'Allée Royale sur laquelle je tourne bien normalement, mais où je serais ralenti : beaucoup de monde, et sans cesse le stress de devoir éviter la foulée des autres coureurs, un ravitaillement au Km10 assez mal placé et au final l'impression de galèrer un peu pour rattraper le retard pris dans la Côte des Gardes. Mis à part quelques énervements, j'essaye de garder une foulée et des mouvements fluides pour m'économiser.

C'est entre les Km11 et Km12 que j'ai la surprise de retrouver G-Rom devant moi. On court donc de nouveau ensemble.
Au Km12 je regarde mon chrono, je vois 1h00'49". 49 petites secondes de retard, 4 Km pour les rattraper. Je pense à son objectif de 1h20 et je lui lance "Les 1h20, on peut les faire !!!". La suite du parcours que l'on ne connaissait pas s'avère plus facile que prévu : à chaque côte, une bonne descente pour relancer et la montée sur Viroflay est suffisamment courte pour passer presque inaperçue. Je me sens plutôt très bien, j'oublie ma limite à 5'00 au km, et on tourne plutôt en 4'40/Km pour arriver au Km14 en 1h10'11". Dans ma tête, je sais que l'on sera sous les 1h20 et si le coeur et les jambes vont bien, pour moi la course est finie car l'objectif largement atteint. Aussi le 15eme Km me paraitra un peu long (pourtant bouclé le plus rapidement : 4'23), puis le 16eme et sa longue ligne droite. Histoire de finir en sprintant (j'ai pris cette habitude qui m'amuse depuis le 10Km de l'Humarathon), j'essaye de repérer la ligne d'arrivée afin de ne pas partir trop tôt.
Je vois le chrono officiel à 1h25 et des brouettes et je passe la ligne d'arrivée en trombe. J'arrête le chrono un peu après, à 1h19'35" (saleté de bouton qui ne réagit pas), et c'est le bonheur !!

En fait je crois que je ne réalisais pas vraiment. OK, j'ai battu de 3mn un objectif qui ne me semblait pas réaliste, mais j'ai l'impression de ne pas l'avoir fait tout à fait à fond qui me frustre un peu. Les jambes vont très bien, le coeur n'a jamais été vraiment dans le rouge, les conditions climatiques étaient excellentes, je sens que j'aurais pu faire mieux, mais j'ai préféré assurer afin de prévenir certaines inconnues comme ma capacité à encaisser le dénivelé et à gérer les 5 derniers Km.
Il faut que j'accepte d'être un perpétuel insatisfait...

Temps réel affiché le lendemain sur le site : 1h19'08
En réalité je suis très très content !! :-)

G-Rom quant à lui est comblé. Il a pris le gout du challenge et sera certainement avec moi sur le semi de Boulogne.
Des pronostiques sur ce semi d'après mon Paris-Versailles ?


www.courseapied.net - info@courseapied.net